5 astuces pour ne pas faire les soldes

 

 

Les soldes c’est un peu la tentation extrême. On attend toute la saison, pour avoir les pièces qu’on voulait en réduction.

Faut dire que désormais pour avoir une pièce qui nous plaît, on ne sort plus un billet mais trois (rien que çà) ! Les prix se sont envolés, en même temps que notre puberté.

Les collections s’enchaînent plus vite que les sons de Jul, et on ne comprend pas comment de 4 saisons, la mode nous fait changer, désormais, de dressing, 52 fois par an (soit une fois par semaine au cas où tu sais pas combien de semaines composent une année).

Cette saison, je me suis donc dit que je n’allais pas faire les soldes… Pour moi en tout cas…

Car avoir un bébé c’est devoir faire évoluer le dressing très rapidement.  Hey oui, je ne vis pas sur une île pour la laisser en couche-culotte H24.

Au départ, on achète naissance et/ou un mois, puis 3 mois, puis 6,9, 12, 18 puis 2/3 ans…

Du coup, pour elle, j’ai un peu fait les soldes, dans la mesure où son dressing est réduit, et que je lui achète des pièces bio / éthique / petits créateurs, le strict nécessaire pour chaque âge, je ne me laisse jamais trop tenter.

A sa naissance, je me rappelle avoir eu tellement de pièces qui finalement n’ont jamais servi, que je ne veux plus surconsommer même pour elle. Et la consigne est passée à la famille et aux amis également.

Sinon on se retrouve vite, avec des ensembles rose guimauve et des petits noeuds pouet-pouet sur les étagères !

Revenons à nos dressings !

J’avais envie de vous partager 5 astuces /conseils pour résister !

  1. Les questions essentielles à se poser avant d’acheter (ça fonctionne aussi hors période de soldes)

Qu’on soit en période de soldes ou non, désormais je me pose toujours des questions quand j’achète quelque chose.

Déjà, je me demande pourquoi je suis tentée par cette pièce ? Pourquoi est-ce que je la considère comme une pulsion nécessaire à assouvir immédiatement ? (Généralement si je me pose ces questions, c’est que je vais craquer pour un truc que je ne porterai pas beaucoup).

Non mais ça va soyons honnêtes ! On a toutes et tous acheté des affaires qu’on a voulu si fort, qu’on a failli tuer un membre de notre famille, pour au final, sauter sur place à la caisse et l’oublier dans le placard trois jours après ! (Quoi, je fais ma marseillaise)

BREF.

Ensuite, je check la marque, la composition, et la provenance. Qui a crée cette pièce ? Quelle est sa composition ? D’où vient-elle ?

Ce sont trois questions importantes, il me semble.

Alors la marque pour son éthique, son engagement, son image de marque.

Je n’arrive plus à acheter déjà dans des enseignes mass market / fast fashion / donnez leur le nom que vous voulez.

Les enseignes qui produisent trop de collections par an, qui ne respecte pas l’environnement, ne sont pas regardantes sur leurs fournisseurs, sur leurs matières premières, et te font surconsommer à l’année.

Je n’en citerai pas, nous les connaissons.

Aujourd’hui, ces enseignes là, se font tellement d’argent sur nos pulsions de consommation, sur la santé de la planète, sur les pays où le droit du travail n’est pas respecté… etc etc je n’écrirai pas une dissertation sur le sujet, mais je pense à tout çà, oui oui quand je passe devant ces enseignes.

Ces enseignes là sont si fortes que de saison en saison tu rachètes des modèles similaires sans t’en rendre compte.

Le petit cardigan noir à la coupe différente ? La chemise à carreaux aux carreaux différents ? Les petites boots noires cloutées mais pas au même endroit ? Allez ah !

Autant vous dire que mon cerveau explose en réflexion !

La composition car même si une marque à, pour moi, une bonne « note » elle peut utiliser des matières que je ne souhaite plus consommer personnellement (laine, cuir…)

Ou des matières que je n’aime pas hein aussi.

La provenance, parce que oui parfois, la marque peut être une marque que j’affectionne, qui ne merde pas trop sur certains points, mais qui produit au bout du monde, impacte donc fortement sur la santé de la planète pour réduire des coûts X ou Y.

Bah ouais maintenant j’y pense, et oui peut-être un jour je produirai moi-même ma laine pour tricoter mes pulls tiens ! Non quand même je pousse le bouchon trop loin…

2. Se désabonner des newsletters

Bon clairement, comment résister si on reçoit 300 newsletters / minute nous annonçons des prix de oufs (-15% ?) sur toute la collection ?

C’est juste impossible. Pour éviter la tentation du clic facile, et de l’achat compulsif, rien de mieux que se désabonner des newsletters, de toutes façons quand on est fan d’une marque, on attend rarement la newsletter pour avoir les dernières infos !

3. Eviter les balades aux heures d’ouverture des boutiques / éviter l’écran d’ordinateur

Alors ça, c’est toute une organisation. ça se corse l’histoire…

Souvent, on se dit qu’une petite balade nous fera le plus grand bien, et le lèche-vitrine se transforme vite en shopping compulsif.

Evitez les devantures, ou évitez de compulser frénétiquement des sites qu’on aime bien, car la finalité est toujours la même, on rentre / on clic / on achète.

C’est juste tout simplement éviter la tentation.

On peut mettre un code parental, mais venant de nous-même…adulte pas forcément parent, mais adulte, sur certains sites de vente en ligne ? Hihi.

4. Calculer un budget soldes, et l’utiliser pour autre chose

Généralement, on sait quel est notre budget shopping. On peut du moins avoir une petite idée du budget.

Plutôt que de le claquer en quelques secondes dans un shopping qui sera vite rangé, et oublié, pourquoi ne pas le dépenser pour quelque chose de plus enrichissant.

Un voyage par exemple ? ou un cours de sport, de danse, de plongée ? Des bouquins ?

C’est drôle comme on a du mal à budgétiser les dépenses inutiles et finalement se rendre compte qu’on a dépensé beaucoup trop d’argent dans de l’éphémère.

Vous me direz un voyage c’est éphémère aussi… Oui mais on se nourrit quand même intérieurement. ça laisse des souvenirs.

Demandez-moi : « Quelle était la paire de pompes que tu portais le premier jour de ta rentrée à la fac ? »
Je serai incapable de vous le dire… et bien heureusement !

5. Ranger, trier, offrir, revendre

Ceci est valable aussi hors période de soldes. Tant qu’on a pas réussi à avoir un dressing réduit, alors ça demande un travail de longue haleine.

Moi, j’y suis encore pour vous dire !

Je suis toujours dans la phase tri, (bon rangement non vu qu’on est pas encore chez nous) et don !

C’est incroyable après plusieurs vide-dressings, des dizaines de ventes en ligne, et de dons, tout ce que j’ai encore que je n’utilise pas…

Alors pendant la période des soldes, avant de vous jeter sur les soldes, préparez le terrain.

Réfléchissez à vos looks favoris, à vos pièces manquantes, triez, rangez, donnez, revendez et vous verrez si vous avez toujours besoin de beaucoup de choses en plus !

Voilà 5 astuces / conseils tout simple qui je l’espère vous aideront à ne pas craquer ! Tenez moi au courant ! Ahahah

3 Comments

  1. Bonjour Aude, j’essaye aussi depuis quelques jours de ne pas succomber aux soldes et finalement ce n’est pas si dur. Il faut dire que je n’ai pas vraiment la tête à ça (bébé en préparation!) mais même en me déplaçant dans les enseignes il n’y a pas grand chose de tentant. En effet ne pas regarder les sites ou faire de lèche-vitrine est un atout. Par contre je pense aussi que concernant les enfants on se dit qu’on aurait tord de se priver sachant le prix et la durée de vie des produits qu’on achète. Bref j’en profite pour te demander si tu as déjà fait un article sur les marques éthiques pour bébé (matériel puériculture et vêtements) ? Ca m’intéresserait beaucoup 🙂
    Bonne journée !
    Fanny

  2. MERCI pour cet article!
    Je me retrouve bcp dans tes propos…. depuis l’arrivé de ma fille, j’ai réellement envie de consommer autrement. J’ai commencé pour mon alimentation (plus de bio et du local) et j’essaye pour les vêtements. Je suis en phase de tri. Ce n’est pas facile tous les jours, d’autant que je travaille pour une de ses grandes enseignes dont tu parles. Je cherche à changer de métier. Cela ne me correspond plus du tout. Bcp de personnes dans mon entourage ne me comprennent pas. C’est compliqué à expliquer. Je suis ravie qu’une ancienne blogueuse mode mette les pieds dans le plat et parle ouvertement de cette surconsommation. Bref. Merci

Comments are closed.