In Lifestyle

On se lance dans une vie « Zéro déchet »

 Oui mais concrètement comment ?

 

Notre démarche pour une vie zéro déchet a débuté voilà quelques mois, alors que nous avions pris une location en attendant la fin de nos travaux.

Nous avons commencé à nous demander, comment nous allions vivre, dans notre nouvelle maison, et, quelles seraient nos bonnes résolutions.

Nous savions, déjà, que nous voulions avoir une vie plus engagée, plus responsable, plus écolo. Changer de vie en famille d’où le hashtag #etsionchangeaitenfamille 

Remettre en question, un style de vie, des modes de consommation, des habitudes, une façon de penser, n’est pas chose facile.

Il faut vraiment se faire violence, car nous sommes au quotidien assez léthargiques, nous subissons plus que nous agissons.

 

La réalité de nos vies

C’est bien normal, on nous apprend finalement depuis toujours à travailler pour consommer (consommer nos aliments, nos vacances, nos moments de détente (parc à thèmes, piscines, matchs…) finalement tout se consomme.

Le film 99frcs est un de mes préférés et cette phrase me donne des frissons à chaque fois !

« Tout s’achète. L’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi. Surtout moi. L’homme est un produit comme les autres, avec une date limite de vente. Je suis publicitaire, je suis de ceux qui vous font rêver les choses que vous n’aurez jamais. Ciel toujours bleu, nanas jamais moches, bonheur parfait et retouché sur Photoshop. Vous croyez que j’embellis le monde ? Perdu, je le bousille. Tout est provisoire. L’amour, l’art, la planète Terre, vous, moi. Surtout moi. »

On en a eu marre de vivre pour consommer, de voir nos salaires se suicidaient sur des tickets de caisse, et des déclarations, on en a eu marre de voir des injustices, des négatifs, des frais écrits noir sur blanc.

On s’est dit que si on voulait réduire les dégâts, il fallait qu’on sorte de ce schéma autant que possible.

Devenir hors la loi ? Partir vivre au fin fond du Yucatan ? Vivre d’amour et d’eau fraîche ? On a réfléchit à beaucoup de choses et puis finalement on s’est dit qu’étape après étape, on allait essayé d’être auto-suffisant (bon c’est un idéal qu’on n’attendra sûrement jamais mais on va essayer), de ne plus consommer de la manière dont la société veut qu’on consomme, de détourner les règles à notre façon pour vivre mieux et vivre bien.

On sait qu’on a besoin de temps, de prendre confiance en nos décisions, d’effectuer des recherches, trouver les bonnes alternatives, essayer de faire au mieux avec une vie qui continue d’avancer et des projets qui nous prennent beaucoup de temps.

On a aussi Daphné qui rentre de plus en plus dans des cadres bien définis, l’école qui arrive, avec les horaires, les contraintes d’anticipation de repas et bien d’autres petites choses qui pourraient facilement nous détourner des difficultés de changer de vie en gardant un pied dans l’ancienne…

Alors voilà, aujourd’hui, j’avais envie de vous expliquer notre démarche vers une vie zéro déchet, nos prémices, nos erreurs, nos doutes, et de vous donner les petites clefs pour démarrer avec nous pourquoi pas ce projet de vie finalement !

J’ai choisi d’illustrer ce passage avec la photo sans retouches, sans mise en scène de notre frigo (à la semaine 1 donc la semaine où j’écris cet article et que donc, je décide de changer les choses en passant la sixième !)

J’ai fait des courses toute la semaine, de dernière minute.

Il manque çà, il manque ci, j’ai envie de çà, j’ai envie de ci… Au final, le budget, la planète, et l’estomac prennent des coups !

Ainsi cette photo servira de photo de départ du frigo avant qu’on s’engage à 100% dans l’objectif zéro déchet.

Zéro déchet, c’est quoi exactement ?

Perso, je n’avais pas idée que cela était possible, jusqu’à entendre parler du livre de Béa Johnson, et de le lire.

Béa Johnson est une française, originaire d’Avignon, qui est partie vivre aux Etats-Unis, a rencontré son mari et a vécu la vraie vie à l’américaine, entendez grosse maison, grosse voiture, grosses dépenses au quotidien et gros sacs de déchets !

Jusqu’au licenciement de son mari, des restrictions budgétaires, et une grosse remise en question de leur style de vie.

(résumé ultra rapide pour que vous cerniez la famille à l’initiative du mouvement zéro déchet)

Je crois que je me suis pris une claque quand j’ai parcouru les lignes de son livre. Une vraie bonne claque qui fait bien mal mais qui te fait réfléchir ensuite !

Je ne sais plus vraiment comment j’ai entendu parler ce livre, mais un jour, je l’ai eu entre les mains et j’ai compris que ma vie ne pourrait jamais être la même.

C’est un peu mon guide en la matière du coup, cette gente dame !

L’idée d’une vie zéro déchet, c’est de faire comme elle, et de finir l’année avec un bocal de déchets, moins d’un kilo par an, ça paraît dingue et pourtant à travers le monde des milliers de personnes croient à ce challenge de vie, et il y a déjà pas mal de personnes qui y arrivent.

ça nous paraît impossible quand on dresse le bilan et pourtant c’est possible si d’autres le font nous le pouvons aussi.

Zéro déchet c’est tendre vers la consommation du moins de déchets possibles, donc il faut repenser toute notre vie de consommateur, nos habitus, nos façons de voir nos achats.

San Francisco est la ville exemple d’ailleurs du zéro déchet, et c’est la ville de Béa Johnson encore !

Quelle est l’importance de la vie zéro déchet ?

Si je devais vous donner pour moi l’importance de tendre vers le zéro déchet, ce ne serait pas une question d’économies, une question de rangement, une question de lubie, mais une question écologique et de santé.

J’avance dans mes idées, de plus en plus, avec la conviction de ne pas faire les choses pour moi, mais pour l’amour de la planète, de notre vie sur terre, l’amour des miens qui méritent de connaître un bel avenir ici, et non pas de ramasser nos merdes.

Le mot n’est pas beau, et pourtant c’est bel et bien, ce qu’on est en train de leur laisser à ramasser, des merdes !

Parce que consommer des déchets qu’on a du mal à détruire, c’est être un peu irresponsable pour ne pas dire beaucoup.

C’est penser à l’instant T je consomme çà, sans me soucier, d’où il vient, et où il ira après.

Quand on prend un tapis de supermarché qui tourne à plein régime toute la journée, combien de produits plastiques, toxiques, chimiques, transformés, « OGMés » (oui je viens de l’inventer), sont bippés ? Des centaines, des milliers ? Et ça dans le monde entier ! Vous imaginez le truc de malade !

Parfois dans un paquet, on trouve plein de petits paquets parce qu’on est à l’ère du snacking, alors on snacke toute la journée en emportant des trucs dans notre sac, et pour éviter qu’ils s’abiment à l’air, ils ont emballés un par un !

Quand on y réfléchit, c’est assez fou !

Mais ce n’est pas que pour l’alimentaire finalement, tout est emballé, tout se surconsomme, c’est la folle course de la consommation qui au final nous rend malheureux et détruit tout !

Le saviez-vous ?

28 tonnes de déchets sont produits en France, chaque seconde, soit 868 millions de tonnes de déchets par an qu’il faut recycler, enfouir, retraiter.

Les déchets des ménages sont estimés à 33,7 millions de tonnes par an, soit 80 % des déchets collectés par les municipalités.

Les déchets collectés en France empruntent les canaux suivants :

  • Incinération : 30 %
  • Décharges : 36 %
  • Valorisation matière (recyclage) : 20 %
  • Gestion biologique (compostage/méthanisation des déchets organiques) : 14 %

Chaque année, le recyclage en France permet d’éviter l’émission de 1,8 million de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 800 000 voitures en moins sur les routes. Le recyclage en France, c’est 44,3 millions de tonnes de matières premières recyclées pour 47,1 millions de tonnes collectées.

Alors je pourrais vous sortir 10 000 articles avec des chiffres, mais les chiffres c’est ennuyant.

Les images peut-être le sont moins, en tout cas, je trouve qu’elles sont plus parlantes, même si on les a vu 50 fois dans la semaine.

Une image m’a redonné un coup de fouet cette semaine dans mes idées !

Nous sommes responsables de çà… De quoi ?

De vouloir voir la jolie face de l’iceberg, mais d’essayer d’ignorer ce qu’il se passe en dessous.

Je vous passe le blablabla sur les conséquences de notre surconsommation, je pense qu’en 2017 nous avons tous en main les mêmes règles du jeu, seulement nous ne voulons pas jouer les mêmes cartes.

Le jeu n’est que plus dangereux.

Au quotidien, avoir une démarche zéro déchet n’est pas si simple que çà. Il y a quand même de nombreuses étapes, une vraie réeducation dans notre façon de consommer, une remise en question dans notre façon de voir nos déchets, un bilan à dresser…

Je vais essayer de vous lister ce qui pour moi sont les étapes essentielles dans votre quotidien pour avancer vers une vie zéro déchet.

Mais avant, si vous n’avez jamais entendu parlé de Béa Johnson, de la vie Zéro déchet ou juste un peu, voici une vidéo française qui vous permettra de mieux comprendre tout cela !

 

Nos petits pas

Depuis que nous avons donc cette idée de vie en tête, nous avons déjà essayé de dresser un bilan de nos déchets. ce n’est pas évident à faire vraiment.

En plus nous avons actuellement Daphné avec ses couches, ses tubes de sérums physio, ses cotons, ses pots de yaourt, forcément ça rajoute au poids de nos déchets.

Je pense qu’actuellement nous remplissons un sac de 30L pour 3 jours c’est énorme !

Nous n’avons pas encore notre composteur et nous devons faire le tri dans les poubelles au bout de la rue car nous n’avons pas encore les nôtres.

Quand on ouvre le frigo, il y a encore beaucoup trop d’emballages, de sachets, de pots.

Quand on passe faire deux courses rapides, on se laisse encore tenter par des produits de ci, de là, la facilité encore et toujours !

Car finalement c’est un peu çà, il faudrait se dégager du temps pour faire les choses comme avant, comprendre qu’au lieu de 2 secondes pour ouvrir une barquette, on va cuisiner pendant 30 minutes pour le midi. Essayer de retourner à des choses plus vraies, moins industrielles, des chemins plus courts d’achats.

J’avais lu un article dont je ne retrouve pas le lien forcément, qui parlait des français qui consommaient moins, mais mieux, il semble que ce soit quelque chose qui se généralise. Les Français sont désormais plus regardants sur leurs achats et donc consomment moins mais mieux.

C’est un bon point pour les déchets du coup quand on sait qu’on jette, apparemment, 1/3 de nos achats !

Pour notre part, nous avons déjà :

Les bocaux en verre (Bien entendu, on ne va pas avoir des bocaux pour la déco de l’étagère, j’entends par là, acheter des sachets, ou boîtes de produits et les vider dans les bocaux. On va essayer d’acheter en vrac nos produits, et pour le coup, je suis pas très fan des produits qui restent dans les supermarchés en attendant que quelqu’un prenne quelques grammes. J’étais super contente de voir qu’un camion itinérant faisait des tournées sur le coin, et venait sur Ventabren le mercredi matin ! Elle propose des produits locaux, qu’elle va chercher elle-même pour éviter les emballages de livraison, et revend ses produits dans son camion, sans emballage toujours.)

Les sacs de courses

Les sachets pour mettre les fruits et légumes, ou achats au poids

Les disques lavables pour se démaquiller

Les cotons lavables pour les fesses de bébé

Les gourdes pour la compote de bébé

Les savons à l’ancienne (savon de marseille, au lait d’ânesse…)

Le composteur à la mairie

On a demandé les poubelles de tri à la mairie

On a décidé de faire nos courses fruits et légumes auprès de nos maraichers locaux

Cuisiner plus pour acheter moins de choses préparées (même si on les prend dans des magasins bios et de préférence locaux ou nationaux, ç’est quand même des emballages !)

Les étapes

Pour moi, les étapes les plus logiques, pour débuter, dans une démarche zéro déchet sont :

  1. Faire le bilan de votre consommation au quotidien (quels sont les produits que vous achetez le plus ? Pourquoi ? En avez-vous vraiment besoin ou est-ce par facilité ?…)
  2. Réfléchir à une consommation plus saine, plus locale, de saison, bio (producteurs locaux, produits frais…)
  3. Consommer moins, mais mieux (essayer d’adapter un régime alimentaire sain pour votre santé qui pour le coup vous poussera à faire attention (sucre raffinés, huile de palme, gluten, lactose…)
  4. Vous programmer une matinée de courses (marché, maraîcher, fromager…) pour ne plus rentrer dans un supermarché et acheter sans réfléchir un caddie à moitié vide qui vous coutera deux semaines de boulot !
  5. Prendre le temps d’acheter des livres, ou de consulter des blogs qui vous aideront dans votre démarche au quotidien.

Déjà si vous passez ses premières étapes, on pourra se retrouver au prochain post !

Je suis encore dans toutes ses étapes là, du coup je pense qu’on aura plein de choses à se dire !

On peut se dire Rendez-vous à la semaine 4 ? ça nous laisse le temps à tous d’avancer !

Les références (à compléter si vous le souhaitez)

 

  • Livres

Zéro déchet – Béa Johnson

Zero waste home – Béa Johnson

Famille zero déchet – Ze guide – Jérémie Pichon & Bénédicte Moret

Green Life – Victoria Aras

Sauvons la planète une bouchée à la fois – Bernard Lavallée

Laits et yaourts végétaux faits maison

 

  • Film documentaire

Super trash

Des déchets et des hommes

Share Tweet Pin It +1

You may also like

Un mariage sur « Les terres d’Ugo »

Posted on juillet 17, 2017

Les petits riens #1 #lacabannes

Posted on mars 27, 2017

True love

Posted on avril 9, 2017

Previous PostA la mer
Next PostShopping de printemps #ecofriendly
  1. Elena
    6 mois ago

    Super article ! Dans ma famille, on essaye également de réduire nos déchets, un pas à la fois.
    En y réfléchissant, il y a quand même des choses incompréhensibles, comme le fait qu’on utilise une seule fois une bouteille en verre. À quand le retour de la consigne ?
    D’ailleurs, il y a une expo sur les déchets au MUCEM, qui fait réfléchir sur l’impact de l’homme sur la planète.
    J’espère que de plus en plus de gens prendront conscience des dégâts qu’on cause, ne serait-ce qu’en consommant des produits qui viennent de l’autre bout du monde.

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Merci Elena !
      En effet, j’ai entendu parlé de cette expo et je voulais y aller !
      Je crois que la prise de conscience est en marche pour ne pas reprendre un slogan qui s’entend beaucoup trop finalement pour des questions qui ne sont pas vraiment les plus urgentes ! Mais c’est un autre débat 😉

  2. Laura
    6 mois ago

    Bonjour Aude !
    Super article 🙂
    Depuis cet été également j’entreprends la démarche de 0 déchets à mon niveau et à mon rythme, et c’est top de voir déjà quelques améliorations !
    Concernant le livre Zéro Déchet, il m’a apporté pleins de conseils et astuces, mais je le trouve un peu utopique par moment. Je crois que la fille ne travaille pas il me semble, donc peut se permettre limite une journée par semaine entière consacrée aux courses pour faire le tour de tous les commerçants avec ses bocaux… dans la vraie vie, en tout cas dans la mienne ce n’est malheureusement pas vraiment possible !
    Mais sinon la démarche est géniale, et je me suis sentie bête en lisant le livre, comme si on devait lire un livre pour comprendre tout ça ??
    Mes plus gros efforts sont sur la salle de bain, j’ai acheté les cotons lavables (Les Tendances d’Emma, je pense que tu connais) et je ne peux plus m’en passer ! Je me dis c’est pas possible d’avoir jeté autant de cotons à la poubelle toutes ces années, pourquoi le changement n’arrive que maintenant et qu’on ne s’en est pas rendu compte avant ? Même si je fais des efforts, je me sens coupable d’avant, et je n’arrive pas à comprendre qu’on ai laissé faire tout ça, augmenter le nombre de produits jetables, les produits industriels.. ça me donne un peu le vertige 🙁
    Mais je suis heureuse de voir que les choses bougent autour de moi, même à notre petit niveau c’est déjà beaucoup.
    Hâte de voir les futurs posts pour essayer d’avancer ensemble ! 🙂

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Coucou
      En fait maintenant elle vit de ses livres, et de ce concept de vie finalement donc forcément elle a tout le temps de l’aboutir contrairement à nous qui essayons d’adapter tous ses conseils en menant de front plusieurs autres vies 😉 Mais chaque pas est important vraiment, l’excellence n’est pas vraiment le but dans ce concept de vie je pense mais plus de changer et de réussir chaque étape correctement !

  3. Julie
    6 mois ago

    Super démarche! Nous aussi, avons commencé à essayer d’adopter un mode de vie zéro déchet, et malgré quelques « craquages  » de temps en temps, il me serait impossible à présent de revenir en arrière et recommencer à consommer et faire mes courses comme avant (même si on est encore très très loin du résultat que certaines familles arrivent à obtenir).
    En tout cas, c’est encourageant de voir que la société est en train de changer, que les magasins de vracs se multiplient, que les petits commerçants acceptent les boites et contenants personnels,…

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Super Julie !
      Je pense que c’est de toutes façons normal d’avoir des petits craquages, c’est déjà génial d’essayer de mener ce projet en marge d’une société consumériste au possible 😉

  4. julie
    6 mois ago

    Super article!
    On est dans la même démarche avec mon chéri, on essaie de réduire. Passer au vrac etc… Le plus dure reste les pots de yaourt, et tous les produits de supermarché que mon copain n’arrive pas à lâcher (pizza, chocolat…) et les déchets qu’ils génèrent.

    J’ai pris note des docu et livre que tu conseils (celui de Bea Jonhson est déjà sur ma table de nuit)!

    Tu es une vrai inspiration Aude! Merci encore pour tes réflexions, articles etc
    bisou

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Ahaha les garçons sont plus coriaces ! On les aura on les aura !

  5. sarah
    6 mois ago

    J’adore lire ces articles où tu nous parle, simplement, de vos pas vers des vies plus responsables, saines, solidaires ! ça donne vraiment du baume au coeur de voir une « bloggueuse » démocratiser ces actes de tous les jours et pour tous, merci pour ça et merci pour tes conseils, tes motivations et ton suivis (dont le groupe #365joursetpasundeplus) !

    Votre souhait (ou moteur) de devenir auto-suffisants m’a fait penser au bouquin de Barbara Kingslover et sa famille « un jardin dans les Appalaches » qui retranscrit une année à consommer local et fait maison pour s’affranchir de l’alimentation industrielle. Je te le conseil et il peut s’ajouter à la petite bibliographie « pour la planète et pour notre santé » 🙂

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Oh bah merci Sarah, j’essaye en effet de faire mon chemin dans la blogo, je reviens de loin hein ! Ahaha
      C’est aussi un challenge pour moi de me dégager de ce quotidien de blogueuse où je suis sollicitée en permanence. Je vais lire le livre que tu me conseilles, il a l’air top !

  6. Mariontreize
    6 mois ago

    Article au top !
    On est aussi dans une quête du zéro déchet à la maison ! (t’as dû le comprendre en te le disant via snap et en répondant à ton poste sur le groupe #365joursetpasundeplus lol).
    Pour ma part on est passé à une poubelle pour deux semaines ! Bon on est que deux avec un chat donc ça aide pas mal (bien que la litière quand on la change, ça prend une sacré place !)
    Sinon on a adopté le charriot de courses pour aller au marché le mercredi matin, les sacs en tissu pour y mettre les fruits et légumes ainsi que les courses en vrac (on a la chance d’avoir depuis 6 mois une épicerie qui vend en vrac pas loin de la maison, un vrai bonheur !), les tote bag (on en a une jolie collection), les cotons lavables, les lingettes lavables, la cup pour ma part, la gourde à la places des bouteilles en plastique (on a aussi arrêté de boire de l’eau gazeuse en bouteilles pour ne boire plus que l’eau plate du robinet) et depuis peu je me suis mise aux mouchoirs en tissu. Je fais également ma compote maison, mon mec fait souvent le goûter. Je fais de plus en plus mes produits ménager maison ou je les achète en vrac si mon épicerie le propose (sachant que cette épicerie vend en vrac du bio et sain pour l’environnement).
    Prochaine étape : m’acheter des bee’s wrap. Des tissus pour remplacer le cellophane, qui se lavent et se réutilisent. C’est un peu cher mais je pense que ça vaut l’investissement !

    Hâte de lire votre évolution en tout cas ! Et je trouve ça chouette que je sois à peu près au même niveau que ta famille. Ainsi on pourra se soutenir 🙂

    1. Aude BK
      6 mois ago

      Génial Marion, c’est motivant de voir les autres avancer !!! ça donne envie d’avancer vite pour les rattraper ahahah !

  7. la Fourmi Elé
    6 mois ago

    C’est une belle démarche et je suis toujours très contente de voir qu’il y en a de plus en plus. je suis loin de Béa jonhson dont le livre m’a beaucoup inspiré aussi !! et depuis j’ai changé pas mal de choses dans nos achats et fonctionnement comme les shampoing, gel douche (dehors) j’achète en vrac autant que possible et oui cela réduit les déchets c’est certains mais j’ai encore une poubelle de pack de lait quelques autres emballages plus les déchets classiques que je ne composte pas encore.
    Il y a encore de la marge avant d’arriver au bocal d’1l de déchet par an !! mais c’est déjà mieux !

    1. Aude BK
      6 mois ago

      C’est super ! Je pense que chaque petit qu’on fera est important, même si on l’impression de ne pas aller assez vite, de ne pas en faire suffisamment, d’avoir du retard sur d’autres, l’essentiel c’est d’avancer à son rythme et avec ses moyens pour changer les choses à notre niveau.
      Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde !
      J’adore cette phrase !

  8. Fanny
    6 mois ago

    Je ne lit ton article que maintenant ! J’ajouterai aux références : prenez des conseils des « anciens » ! Votre grand mère avait depuis bien longtemps quelques bons réflexes de consommation ! J’observe de plus les générations précédentes autour de moi et c’est incroyable comme nous avons régressé…

    Bonne journée !

    Fanny

  9. Fanny
    6 mois ago

    Ah autre chose, je vois ça comme une petite victoire même si je ne sais pas si j’y ai vraiment fait quelque chose : j’avais contacté mon supermarché local à l’époque où la transition sacs plastiques classiques /sacs recyclable est devenue obligatoire en supermarché (ils ne l’avaient pas encore appliquée), et j’en avais profité pour leur parler de la vente en vrac. Ils m’avaient répondu (oui, la majorité des chaînes de magasin de taille moyenne sont des franchises, ils ont le temps de vous répondre !) que pour un soucis d’incivilités/de vol ils ne validaient pas le système. Mais il y a quelques semaines oh surprise, j’ai vu un stand de vrac trôner au milieu du supermarché ! Petite avancée car ce ne sont pas tout les types de produits, mais quasiment les mêmes que l’on trouve en vrac en magasin bio (céréales, fruits secs…). Donc, effet de mode, marketing de la part du groupe ou réelle prise de conscience je ne sais pas mais l’avancée est là ! Donc ne vous dites pas encore une fois que vos petites actions sont inutiles, cherchez le contact humain et exprimez vos souhaits, vous êtes les consommateurs donc vous avez le pouvoir de faire changer les choses !