In Famille, Lifestyle

Et si on capturait l’ordinaire

La magie de l’ordinaire

J’avais envie de vous parler d’un des meilleurs cadeaux qu’Alex ai reçu, son appareil CANON AE1 qui fonctionne à pellicule et nous offre depuis quelques temps le bonheur de capturer l’ordinaire et d’avoir la surprise de découvrir les photos ensuite.

Capturer l’ordinaire, ce titre m’est venu si facilement.

On capture des instants de vie, sans réflexions aucunes, ça ne nous arrive plus avec Instagram par exemple qui régit nos vies, nos intérieurs, nos sentiments, qui nous dicte ce qui est beau, bof, bien, pas bien.

ça ne nous arrive plus, puisqu’on capture tout en storie, plus éphémère tu meurs, et tes vidéos familiales sont réduites à 10 secondes, tu n’as même pas pris le temps de capturer la légèreté d’un moment car esthétiquement parlant ça ne passait pas dans le cadre…

On snappe le présent et on le zappe.

On fait des directs de tout et de rien, parce qu’on se trouve bien, parce qu’on pense faire bien, être bien mieux, ou bien bien !

On compte en K bien plus qu’en € et on a juste envie d’avoir le logo vérifié sur tous les réseaux sociaux, comme on rêverait d’une oasis dans le désert.

C’est ainsi de nos jours. On se connecte au quotidien des réseaux sociaux, oubliant le quotidien de nos vies, et la beauté de l’ordinaire.

J’avais donc envie de vous partager quelques clichés, et donc quelques sentiments qui nous rappelle qu’au-delà des codes et des algorithmes froids et impersonnels, il y a des vies toutes personnelles et chaleureuses, qui se baladent de sentiments en sentiments.

Tous ces instants volés qu’on ne trouve pas assez photogénique pour être partagé dans un cadre prédéfini, en fonction de diktats pré-établis, trouvent une bien plus belle place dans nos coeurs et nos souvenirs de vies.

Si vous avez encore une idée cadeau à ajouter sur votre liste pour le papa Noël, je vous conseille un appareil à pellicules.

Vous verrez, on retrouve des bonheurs oubliés.

Déjà on shoote un peu à l’aveugle car finalement on est pas des photographes de folie, alors on règle comme on peu les petits boutons, on se dit que là c’est pas mal, on tient un truc et hop on appuie.

La pellicule peut être capricieuse et on peut tout perdre.

L’appareil peut être capricieux et ne pas nous aider à avoir la bonne photo.

L’humain avec son appareil peut rater sa photo…

Il y a tant de situations qui peuvent créer des photos qu’on dira ratées, mais qu’on aimera.

Des photos qu’on aimera tout simplement et d’autres qu’on voudrait scanner dans notre cerveau pour ne jamais, jamais les oublier.

Il y a l’affect qui joue sûrement dans cet amour de la « veille » photo.

Perso mon père adorait çà. Il avait même à l’époque son labo photos pour les développer. Ensuite, je me souviens que ma mère nous achetait souvent des jetables et on allait déposer les pellicules au supermarché, le monsieur qui s’occupait du stand était très gentil, il avait toujours le sourire.

On adorait découvrir les photos dans la pochette, et ensuite les mettre dans nos albums avec mon frère.

Puis le numérique est arrivé, je ne sais plus trop quand je n’ai perdu le goût de la photo, le goût de l’instant à jamais volé pour être conservé.

Je sais juste que depuis peu je retrouve tant de sentiments oubliés, que mon coeur se remplit de bonheurs simples et de jolis souvenirs.

« La joie des vacances »

« L’attente des vagues »

Ensemble Zara (collection artisans / made in UE)

Baskets M.moustache (made in Portugal)

Première plage

 

 

Jamais sans ma fille

Le bain de mer 

Un dimanche chez papy et mamie

En vacances, 18H

La plage en famille

Portrait

Robe Betty London (via Spartoo)

Chapeau Close (via Monshowroom / Made in Italy)

 Secrets de filles 

Daphné porte un ensemble Velveteen clothing

 

La chipie

La première neige à la maison (la première neige pour Daphné et Noée)

Le biberon en terrasse

 

Fierté de marraine

 

Jamais sans ma baguette (tellement française)

On dirait le sud

Share Tweet Pin It +1
Previous PostIl y a le soleil, la mer et les enfants
Next PostLa cuisine
  1. Adele
    7 mois ago

    Rho mais ces photos! C’était tellement plus intuitif et plus charmant quand on avait tous nos appareils photos à pellicule! Je me souviens de l’attente de recevoir mes photos en rentrant de vacances. Il y en avait toujours des photos « surprises  » dont je ne me souvenais plus! Je me suis remise à prendre des photos avec mon vieil argentique. Je trouve que c’est que du bonheur. On réfléchit bien plus à prendre une jolie photo, et même si elle n’est pas parfaite, elle reste plus « vivante » qu’avec nos appareils numériques. Elle capture vraiment l’instant. Pas de rafale, on ne peut pas refaire la photo « mieux », on n’efface plus. C’est un instant volé et c’est ça qui est intéressant.